Presse courageuse

À contretemps, n° 46, juillet 2013
samedi 19 juillet 2014
par  F.G.
popularité : 5%

■ Nathalie-Noëlle RIMLINGER
(avec la collaboration de François Gaudin)
HENRI FABRE ET LE COMBAT ANARCHISTE DES « HOMMES DU JOUR » (1908-1919)
Paris, Éditions de Champtin, collection « Textes »,
2012, 138 pp., in-4°, ill.

JPEG - 12.1 ko

Quiconque s’intéresse à l’histoire sociale de la « Belle Époque » a forcément été saisi d’admiration en consultant Les Hommes du jour, journal fondé en 1908 par Henri Fabre (1876-1969), qui en fut l’administrateur dix ans durant. C’est ici son arrière-petite-nièce, Nathalie-Noëlle Rimlinger, qui nous retrace, avec la précieuse collaboration du linguiste et historien François Gaudin, l’histoire de son ancêtre, et plus particulièrement celle de cette curieuse aventure journalistique où littérature, art et anarchie firent si bon ménage. Publication inspirée de la tradition des journaux satiriques d’André Gill mais en plus critique, Les Hommes du jour, initialement domiciliée au 3, rue des Grands-Augustins, siège de la parisienne « Librairie du progrès », publiait, chaque semaine, le portrait, souvent confié au grand dessinateur Aristide Delannoy, et la biographie, rédigée par Flax (Victor Méric), d’un contemporain de l’époque. Pamphlétaire à souhait, Les Hommes du jour – que complétèrent, dès la deuxième année, Les Portraits d’hier consacrés à des personnalités du XIXe siècle – connut quelques retentissants procès. « Presse courageuse », écrit Nathalie-Noëlle Rimlinger, en avant-propos d’ouvrage, qui s’honorait de n’avoir peur de rien pour défendre la liberté de penser contre. Au nombre de ses collaborateurs, Les Hommes du jour compta les meilleurs talents de son temps, des journalistes, écrivains et dessinateurs philosophes qui méritaient bien le bel hommage que leur rend cette appréciable anthologie.

Freddy GOMEZ