Recensions et études critiques


● « Je ne peux pas m’imaginer que ce qui m’intéresse n’intéresse personne que moi. »
Pierre Dumayet

● « Ce n’est pas la critique qui est un affront, mais l’absence de critique. »
Henri Meschonnic


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 26 avril 2017
par  F.G.

Socialisme par en bas ou barbarie

■ Jean-Claude MICHÉA NOTRE ENNEMI, LE CAPITAL Paris, Climats-Flammarion, 2017, 320 p. On a souvent reproché à Jean-Claude Michéa de se complaire dans l’infinie déclinaison d’une thématique unique : le ciblage du progressisme de gauche. Les mieux intentionnés de ses critiques y voient la preuve de (...)

mardi 11 avril 2017
par  F.G.

D’une alchimie communaliste en pays kurde

■ Pierre BANCE UN AUTRE FUTUR POUR LE KURDISTAN ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique Paris, Éditions Noir et Rouge, 2017, 400 p.
« L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement ; l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix du noir. » L’auteur de ces (...)

mercredi 22 mars 2017
par  F.G.

Longue est la nuit des prolétaires

■ Patrice THIBAUDEAUX L’USINE NUIT ET JOUR Journal d’un intérimaire Préface d’Henri Simon Bassac, Plein Chant, « Voix d’en bas », 2016, 224 p., ill. de l’auteur.
Compte tenu de la rareté de la voix ouvrière dans l’espace médiatique et éditorial, il serait inexcusable de passer sous silence ce témoignage (...)

dimanche 11 décembre 2016
par  F.G.

Éloge d’un monde perdu

■ Jacques YONNET TROQUETS DE PARIS Paris, L’Échappée, « Lampe-tempête », 2016, 368 p., ill. : J. Yonnet. Il faut sans doute avoir un certain âge, pas encore canonique mais déjà conséquent, pour ressentir, au plus profond du gosier et de l’âme, ce merveilleux Paris bistrotier que décrit Jacques Yonnet (...)

dimanche 27 novembre 2016
par  F.G.

Jouir sans éthique d’un « bonheur » sans frein

À la suite de Goethe qui fit de Faust un individu ordinaire soumis à son désir de toute-puissance, un homme de son temps plutôt insignifiant malgré ses connaissances, un homme qui en abolissant la morale éprouve un profond sentiment de liberté et d’omnipotence, un Dieu à ses propres yeux, nous (...)