N° 3 (juin 2001) Ruedo Ibérico

JPEG - 869.1 ko


« Le rapprochement entre les “intellectuels indépendants” et les membres de la “classe politique” est possible pour autant que les motivations et les finalités subjectives des uns et des autres soient les mêmes : l’accession à la catégorie d’acteurs de la société du spectacle et la reconnaissance sociale et rétribuée de leur individualité. L’ “intellectuel indépendant” peut accepter les règles du jeu imposées par le système qu’il prétend combattre, en mettant une note de couleur au gris du spectacle des bureaucraties patronale, académique, politique ou étatique, en pimentant d’idées“ avancées” et de critiques destructives les angoisses et les frustrations des spectateurs, sans jamais pourtant mettre en danger le statu quo qui pérennise les bureaucraties, semblables en cela à ces bouffons et troubadours d’autres époques qui distrayaient l’ennui des courtisans par l’audace stérile de leurs pirouettes. La critique doit tendre à détruire ce qu’elle critique et non se contenter de censurer esthétiquement ce qu’elle maintient. »

Felipe Orero (José Martínez)


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 25 novembre 2008
par  .

En guise de sommaire et de présentation

Il en est des paradoxes comme des intentions : on se doit de les préciser pour être bien compris. La justification de ce modeste bulletin de critique bibliographique, sa raison d’être, il faut les chercher dans l’existence de livres méritoires et, juste retour des choses, dans le désir – le nôtre – (...)

lundi 24 novembre 2008
par  F.G.

Un livre sans qualités sur un homme de talent

Albert FORMENT JOSÉ MARTÍNEZ : LA EPOPEYA DE RUEDO IBÉRICO Anagrama Barcelone, 2000, 694 p.
De 1961 à 1982, José Martínez honora le métier d’éditeur. À sa façon, avec son style propre, l’exilé libertaire se lança dans une aventure que personne d’autre que lui n’osa entreprendre : s’opposer au franquisme (...)

dimanche 23 novembre 2008
par  F.G.

Hommage à José Martínez

Nous reproduisons ici de larges extraits d’un texte d’hommage que Francisco Carrasquer avait donné à la revue libertaire de langue castillane Polémica (n° 21) après la mort, en 1986, de son ami José Martínez. Nous l’avons annoté quand cela nous semblait utile à sa compréhension. Il va de soi que ces (...)

samedi 22 novembre 2008
par  F.G.

De l’occultation au confusionnisme :
commentaires sur une histoire falsifiée

Le texte que Marianne Brüll a bien voulu nous faire parvenir offre une vision critique du livre de Forment. Il est davantage, cependant. Pour avoir participé de très près à Ruedo Ibérico de 1970 à 1982 où elle assura des tâches de comptabilité, de secrétariat, d’accueil et de traduction, pour avoir été (...)

vendredi 21 novembre 2008
par  F.G.

Une autre pelletée de terre…

Le texte qui suit a été publié dans le n° 141 de El Viejo Topo (juin-juillet 2000). Alors militant de la CNT reconstruite de Barcelone, Alberto Hernando participa, en 1978-1979, au collectif de rédaction de Cuadernos de Ruedo Ibérico. Il maintint des relations avec José Martínez jusqu’à la fin de sa (...)