N° 30 (avril 2008) Armand Robin

JPEG - 3.9 ko


« La propagande obsessionnelle tend à persuader qu’il n’y a qu’avantages
à ne plus entendre par soi-même ; la machine à regarder peut servir à créer
une inédite variété d’aveugles. »

Armand Robin, « Le peuple des télécommandés », La Fausse Parole, 1953.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 31 janvier 2009
par  .

Au sommaire de ce numéro

ARMAND ROBIN, L’INDÉSIRABLE (1912-1961)
Flagrant délit d’absence, par Pol Le Droch
Au pays des consciences traquées, par Yannick Thô
« En ces temps où je devins poète ouighour… », par Arlette Grumo
L’insolence du bourreau, par Freddy Gomez
Portraits croisés d’un homme sans nouvelle, par Victor Keiner (...)

vendredi 30 janvier 2009
par  .

Flagrant délit d’absence

« Toute biographie est destructrice, subversive ; elle refait à rebours la route conquise pas à pas par chaque homme en sa vie ; il faut laisser à la police ce genre littéraire. » (Armand Robin, Écrits oubliés II, traductions.)
Cet homme passa son existence entière à refuser de se laisser localiser. (...)

jeudi 29 janvier 2009
par  .

Au pays des consciences traquées

« À l’origine, mes jours indiciblement douloureux en Russie... »
Armand Robin
En des temps de lyriques illusions, le jeune Armand Robin entreprit d’étudier la langue russe pour pénétrer l’âme d’ « un pays où le peuple [était] roi ». À l’été 1933, profitant de ses vacances, il fit le grand saut vers (...)

mercredi 28 janvier 2009
par  .

« En ces temps où je devins poète ouighour... »

ON a répertorié des traductions de Robin dans vingt-deux langues : l’allemand, l’anglais, l’arabe, le breton, le bulgare, le chinois, l’espagnol, le finnois, le flamand, le gallois, le néerlandais, le hongrois, l’italien, le kalmouk, le macédonien, l’ouighour, le polonais, le russe, le slovène, le (...)

mardi 27 janvier 2009
par  .

L’insolence du bourreau

Il faut imaginer Robin tel un oiseau de nuit surplombant les toits du monde. C’est à l’heure où se couche l’honnête citoyen qu’il s’ouvre aux voix de l’au-delà, non celles – médiumniques – des absents, mais celles – tonitruantes – de la « fausse parole » radiodiffusée sur ondes courtes. La haute tour où il (...)