Une anthologie graphique

À contretemps, n° 40, mai 2011
samedi 13 octobre 2012
par  F.G.
popularité : 2%

■ CARDON
VU DE DOS
Trente ans de dessins plus que politiques
Édition établie par Jean-Luc Porquet et Cédric Biagini
Montreuil, Éditions L’Échappée, « Action graphique », 2010, 224 p.

Quand il est juste, le trait a l’avantage d’être immédiatement identifiable. Sans autre médiation que celle, unique, qui s’instaure entre lui et la vision de qui regarde et se dit : « C’est ça, exactement ça ! » Cardon est de ces dessinateurs, rares, qui vont à l’essentiel et qu’on reconnaît comme tel, au premier coup d’œil. Un maître de la forme simple dont le monde, en noir et blanc, est peuplé de silhouettes généralement de dos, comme si le pouvoir des maîtres devait toujours se situer à portée des coups de pied au cul. Ce monde, qui est celui de la comédie humaine, Cardon l’arpente en artiste éternellement révolté contre ce que les puissants en font, mais aussi contre la patience des pauvres, ces hommes aux visages cette fois visibles mais fermés, étrangement fermés. En introduction de cette anthologie graphique couvrant trente années de « dessins plus que politiques », Jean-Luc Porquet, son camarade du Canard enchaîné, nous en dit un peu sur la vie de ce Lorientais qui connut la condition ouvrière et voulut en sortir, non pour réussir, mais pour s’émanciper de ses contraintes. De ce temps, il a gardé la claire conscience de « l’enragé », celle qui s’est exprimée, en mai 1968, dans le journal du même nom. Depuis, il n’a pas cessé de la cultiver et de nous la communiquer, semaine après semaine, dans son hebdomadaire de prédilection. Pour son honneur et notre infini plaisir, le même plaisir qui nous gagne à la lecture de ce superbe ouvrage.

Monica GRUSZKA