Bandeau
A Contretemps, Bulletin bibliographique
Slogan du site
Descriptif du site
Artistes, nous n’en sommes plus là !
Article mis en ligne le 6 mai 2019

par F.G.


■ On lira ci-dessous, reprise de la page « Cerveaux non disponibles », une réponse de Gilets jaunes, sous forme d’appel, à la récente pétition « Nous ne sommes pas dupes », émanant des milieux artistes. Partant du principe qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, l’écho que cette pétition semble rencontrer dans les douves de la timorée culture spectaculaire est plutôt une bonne nouvelle. Mais quitte à faire tard – presque six mois tout de même ! –, on peut faire mieux, c’est-à-dire pour le cas simplement faire, autrement dit s’impliquer dans un mouvement qui, contre toute attente, persiste à défier les règles du consensus culturel et de la malséance médiatique. C’est ce qu’on retiendra de cette mise au point qui prouve, une fois encore, à qui l’ignorerait, que les Gilets jaunes ont le sens de l’opportunité. Quant à les disqualifier d’avance comme non représentatifs, « ces Gilets jaunes », au prétexte qu’ils citeraient Debord, ce serait ignorer que, dans les coursives d’un mouvement horizontalement expansif et créatif, le jaune est libre de droits, et ceux qui s’en réclament si divers qu’il faut décidément ne pas en être pour le réduire à qu’il n’est pas.– À contretemps.


Artistes, nous avons lu avec attention et espoir votre appel « Nous ne sommes pas dupes ». Si certains ne manquent pas de rappeler qu’il est un peu tard pour se réveiller, 25 semaines après le début du mouvement, nous pensons que la situation est trop grave pour se permettre ce genre de critique. Toutes les bonnes volontés sont aujourd’hui précieuses pour éviter de perdre cette bataille.

Car votre constat est le bon : aussi bien sur les revendications des Gilets jaunes que sur les méthodes abjectes et mortifères employées par le pouvoir. Votre texte se termine par le fait que vous continuerez à vous indigner et à utiliser votre pouvoir, celui des mots, de la musique et de l’art, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes.

Cela est louable. Mais tellement insuffisant face à l’urgence et la gravité de la situation. Si la dérive totalitaire vous inquiète, il vous faut entrer en résistance. Le pouvoir sait que les revendications des GJ sont éminemment révolutionnaires dans le sens où elles ne trouveront pas de solution dans ce monde actuel, le monde ultralibéral. L’ensemble des pouvoirs qui tient ce monde travaille donc à détruire cette résistance. Par tous les moyens possibles.

Depuis plus de cinq mois, des citoyens « ordinaires » ont mis une partie de leur vie (personnelle et professionnelle) entre parenthèse pour tenter de changer les choses. Des milliers en ont payé le prix fort : arrestations, agressions, mutilations, insultes, dénigrements, amendes, licenciements… Et pourtant, ils continuent. Avec dignité, courage et allégresse. Dans ce combat, le soutien d’artistes, connus ou non, pourrait apporter une force incroyable à la lutte.

Le mouvement des Gilets jaunes a toujours refusé l’idée même de leader ou de porte-parole. Prônant l’horizontalité, ils mettent l’action individuelle au centre de l’engagement collectif. Mais si chaque citoyen a le pouvoir d’agir, nous savons aussi que certains ont accès à des leviers de pression que la plupart n’ont pas. Nous sommes conscients de la société dans laquelle nous vivons : la société du spectacle du regretté Guy Debord. À ce titre, le combat se mène aussi sur le front de l’image. Face à des médias de masse qui stigmatisent (volontairement ou non) les Gilets jaunes, il est particulièrement important de réussir à toucher le plus grand nombre pour espérer leur faire comprendre que ce mouvement est porteur d’espoir d’une société plus juste et plus humaine.

C’est dans cette optique que nous vous proposons quelques pistes pour qu’à votre niveau vous puissiez aller au-delà de la signature d’un texte :

– Venez sur les actions, pour nous rencontrer et pour lutter à nos côtés (manif, blocage, banquet, occupation de ronds-points…) ;

– Mettez le gilet jaune lors d’une de vos représentations (par exemple à la fin d’une pièce de théâtre ou d’un concert) ou même sur les plateaux TV où vous êtes invités ;

– Publiez votre soutien au mouvement sur vos propres réseaux sociaux ;

– Participez en donnant aux caisses de grèves ou de soutien ;

– Initiez des grèves dans le secteur de la culture (théâtre, musique, audiovisuel, cinéma…) ;

– Tentez de bloquer, ou au moins de perturber, des festivals (Cannes, Avignon…) ;

– Organisez des soirées de soutien aux Gilets jaunes (concerts, spectacles…).

Si chacun des 1 500 signataires ne réalise qu’une seule de ces propositions, nous parions que le mouvement sortira particulièrement renforcé de cette période et le pouvoir profondément affaibli.

Alors, pour que votre signature sur cette tribune ne soit pas qu’une fin en soi dans votre engagement, mais bien le début d’un mouvement plus profond, nous vous le demandons tout simplement : passez de l’indignation à la révolte !

Des milliers de citoyens anonymes l’ont déjà fait depuis des mois, rejoignez-les !

Des Gilets jaunes, le 6 mai 2019.

Texte en PDF

Dans la même rubrique

0 | 5

Le virus de la peur
le 1er avril 2020
par F.G.
Monologue du virus
le 27 mars 2020
par F.G.
Coronavirus
le 19 mars 2020
par F.G.
Chers amis, ne nous laissons pas isoler
le 17 mars 2020
par F.G.
D’un virus perturbateur
le 16 mars 2020
par F.G.