N° 42 (février 2012)
André Prudhommeaux

« Nos alliés dans le jeu de vivre sont des alliés éprouvés :
une ferme vocation, l’amour, l’amitié – et le sens de l’humour.
Nous gagnerons des journées, sinon la dernière. »

André Prudhommeaux


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 23 novembre 2013
par  F.G.

Le martyre obligatoire

J’ai sous les yeux un article du Dr Pierrot , dans Plus Loin (numéro 156), et cet article ne m’a pas fait plaisir. Me sera-t-il permis de dire pourquoi ?
Dans cet article, le camarade Pierrot exalte le martyre révolutionnaire et déclare que le pacifisme est un prétexte d’un égoïsme féroce. Il cite (...)

vendredi 22 novembre 2013
par  F.G.

De l’anarchiste comme chercheur hérétique :
André Prudhommeaux et la revue « Témoins »

Au printemps 1953 parut à Zurich, en Suisse alémanique, à l’initiative de Jean-Paul Samson , une petite revue francophone précédée de l’avertissement suivant : « Les présents cahiers s’efforceront d’être, à leur humble façon, des témoignages de ce temps-ci et du reste de pensée libre qu’il daigne tolérer (...)

jeudi 21 novembre 2013
par  F.G.

Socialisme et scientisme : une lettre à Gaston Leval

Mon cher Leval,
Je viens de lire la première partie de ton essai pour Témoins sur « Bakounine et la Science » . Dans ce dialogue posthume avec Brupbacher [[Médecin, Fritz Brupbacher (1874-1945) fut un socialiste révolutionnaire d’inspiration libertaire. Après un passage par la social-démocratie (...)

mercredi 20 novembre 2013
par  F.G.

L’énigme de la révolution allemande

« … nous excusant au surplus de ne pouvoir fournir une analyse “marxiste” [de la Révolution allemande], attendu que les idées que nous nous formions sur les rapports entre l’homme et l’histoire, la doctrine et la tactique, etc., ont précisément sombré sur l’écueil de la révolution allemande. »
André et (...)

mardi 19 novembre 2013
par  F.G.

La presse libertaire allemande

I.– LA TRADITION
Contrairement à une opinion très répandue, il a toujours existé, en Allemagne, un courant vivace d’opposition à l’État et aux disciplines qu’il impose. Sans remonter jusqu’aux hommes de la Renaissance et de la Réforme, aux anabaptistes et aux paysans insurgés, il est certain que l’idée (...)